Magazine

Emmanuelle Rodeghiero, facialiste

par Claire Nouy | 2019-11-13 | Atelier Nubio | | Share on Facebook

Ex-journaliste, Emmanuelle Rodehiero a mis au point un protocole de soin hypnotique qu'elle délivre de ses doigts de fée à Paris.

Ex journaliste passionnée de soins de beauté, Emmanuelle Rodehiero a commencé une nouvelle carrrière de fascialiste. Elle a mis au point un protocole de soin divin : quelques gouttes d'huile et une heure et quart de massage avec ses doigts de fée. On déconnecte et on ressort le visage drainé et éclairé. Bonus : on ne risque aucune allergie ou réaction - contrairement aux soins traditionnels qui empilent les cosmétiques !

Les massages sont les plus puissants anti-âges...Emmanuelle animera l'atelier "auto-massage liftant (inscription ici) lors de la "conscious week"(du 27 novembre au 3 décembre). Interview.

 

Où sont tes racines ?

Je suis une fille de la montagne, élevée au grand air en Savoie. J’en ai gardé le goût des promenades, de la marche en général (aucun bus ne « montait » jusque chez mes parents), des animaux et de la terre qui nourrit, dans tous les sens du terme. Je viens aussi d’une famille modeste et j’en suis heureuse. Il faut cultiver la simplicité, qui est pour moi un levier de bien-être important.

 

Qu'est-ce qui te fait vibrer ? 

Rien ne m’importe plus que les rapports humains riches, et qui font du bien. Mieux vaut quelques relations authentiques que cent relations creuses.

 

Tu vis à Paris, qu'aimes-tu / détestes-tu dans cette ville ?

Les rues jamais désertes sont réconfortantes pour moi qui ai grandi en rase campagne. En revanche, l’hypersensible que je suis supporte peu le bruit et la proximité. Je suis davantage table planquée au fond du troquet que terrasse surpeuplée et je ne prends presque jamais le métro. Paris est idéale pour marcher, je prends en compte mes temps de déplacement à pied dans mon agenda.

 

Quels sont tes beauty spots parisiens (ou ailleurs ?)

Je suis fidèle au shiatsu de la Maison Suisen, aux soins du visage Biologique Recherche et à la manucure Kure Bazaar du BHV. Je pratique dans l’idéal deux fois par semaine le Pilates Booty chez Julie Pujols Benoît, un redoutable abdos-fessiers.

 

Où aimes-tu traîner à Paris ?

Presque tous les jours vers 11h je vais prendre un late breakfast à cinq minutes de chez moi, au café Archives 18-20 : bowl veggie, cookie matcha et chocolat au lait de noisette ont souvent ma préférence, même si tout est délicieux dans ce café planqué, notamment l’avocado toast qui est le meilleur que j’ai goûté.

 

Quels sont tes nourritures physiques et spirituelles préférées ? 

Je ne suis pas une grignoteuse, j’aime manger, dresser la table, prendre l’apéro, l’entrée, le goûter souvent fait-maison. J’ai simplement arrêté la viande il y a deux ans car je ne supporte plus les conditions d’élevage et d’abattage. Côté spirituel, je m’échappe dans la nature dès que possible, et je me construis une vie simple, sans complications superficielles, ça libère de l’espace dans l’esprit pour y mettre de la bonne nourriture : connaissances, réflexions, remises en questions.


Comment te ressources-tu quand tu sens que cela va trop vite ou que ça sonne faux ?

I’m a lonely girl, mes moments tranquille sont essentiels depuis que je suis toute petite, où je me tenais déjà à l’écart de l'agitation. Je n’ai aucune difficulté à me terrer, à mettre fin à des situations inconfortables, et aucune culpabilité à prendre du temps pour moi : méditer, prendre un bain et/ou un bouquin, descendre boire un verre ou aller me faire masser. Cela dit je n’ai pas d’enfants, un mari entrepreneur qui voyage beaucoup, une activité-passion que je gère comme je l’entends, cela s’ajoutant à une personnalité assez « sauvage », mon petit monde va souvent à la vitesse que je souhaite.

 

Ta sélection sur notre eshop

La poudre  « On veut…Un teint de poupée » délicieuse dans un yaourt coco en complément du Bone Broth Atelier Nubio riche en collagène naturel. Pour une jolie peau bien nourrie, toutes les huiles de beauté Voyage, les Gua Sha Sentara Holistic.
Quel a été le déclic pour lancer ton activité de facialiste ?

J’étais journaliste et si ce métier m’offrait un tas de belles rencontres, il ne répondait pas à mon sens de l’empathie. Je suis quelqu’un de généreux qui a beaucoup à donner.

 

Comment as-tu mis au point ton protocole de soin pour le visage ? Le fais-tu évoluer ?  

J’ai été formée par un master du massage du visage, Alexandre Thang, rien de chichiteux  dans son cabinet, c’est un technicien aux mains puissantes, c’est lui qui m’a enseigné l’importance de la profondeur du geste. J’ai aussi testé de nombreux massages du visage et j’ai créé mon protocole de rêve, avec les gestes les plus agréables à recevoir. Je continue à me former et je fais évoluer mon protocole en y intégrant par exemple des pierres de beauté. Je fais aussi confiance à ma gestuelle instinctive, que je teste d’abord sur moi-même ou mon mari. Je tenais aussi à ce que mon protocole soit suffisamment long - 1h15 - pour calmer le mental et arriver au lâcher-prise.


Quelle est la problématique de peau que tu as eu envie de soigner en priorité avec ton protocole de soin pour le visage ? 

L’éclat, le regard ouvert, les contours redessinés.

 

Comment souhaites-tu que tes clientes sortent de chez toi ?

L’esprit léger, le cœur plein, le visage apaisé, avec confiance, et les pommettes hautes.

 

Quel est ton projet projet le plus enthousiasmant du moment ?

Peut-être créer mon propre Gua Sha.

 

Ta dernière exploration beauté.

Travailler la profondeur des rides ou des cernes au Gua Sha

 

Emmanuelle sera notre invitée lors de la conscious week du 27/11 au 3/12 (voir le programme).

Crédit photo : Ava du Parc.