Magazine

Les bienfaits du yoga Kundalini par Anne Bianchi

par L'équipe Atelier Nubio | 2018-09-13 | Sport | | Share on Facebook

Anne Bianchi nous livre un précieux témoignage sur son expérience de sexothérapeute et la pratique du yoga Kundalini, « Yoga de la conscience », qu'elle enseigne.

Anne Bianchi est sexothérapeute et professeure de yoga Kundalini. À l’occasion d’une table ronde organisée dans notre concept store holistique de la rue Paul Bert, nous aborderons le sujet du couple, du désir et de la sexualité en mettant l’accent sur la pratique du yoga qu’elle enseigne depuis maintenant 2 ans et définit comme [l’une des plus grandes rencontres de sa vie] :  le yoga Kundalini. Ne cessant de faire parler de lui, ce yoga tantrique éveille notre curiosité et nos sens. Exploration.

Les places de l'événement étant limitées, nous tirerons au sort les participants. Pour s'inscrire, c'est ici.

Comment expliquerais-tu le yoga Kundalini, que tu enseignes, à quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler ?

On l’appelle le yoga de la conscience. La Kundalini est l’énergie de la vie elle-même, ce feu primordial et originel à l’origine de toute création, c’est l’énergie cosmique, la vibration de l’univers tout entier. Pour moi, la Kundalini est tout simplement l’âme dans sa force de vie. Les Yogis l’appellent la Kundalini, les Taoïstes le Chi, les Égyptiens le Sekhem.

Cette force vitale s’élève le long de la colonne vertébrale à la base de laquelle elle est nichée, le plus souvent assoupie, et on l’éveille avec des kriyas, un terme qui désigne un ensemble d’actions combinant des postures (asanas), du pranayama (des exercices de respiration), des mudras (positions spécifiques des doigts et des mains) et des mantras, qui activent la fréquence vibratoire par le son, le Naad. 

Sur le plan physique, elle purifie, guérit, vient nourrir et régénérer notre système sanguin, glandulaire et tous nos organes, en passant par le truchement des chakras, nos « écluses » énergétiques. Elle vient faire la même chose sur le plan mental, psychique, émotionnel. N’oublions pas que nous sommes une triade : corps-esprit-âme. 

Le Kundalini est un yoga tantrique. Le tantra, mot qui signifie tissu, nous invite à tisser des liens riches et authentiques entre les différentes parties de nous-mêmes, à « rassembler nos parties », parfois éparpillées à droite à gauche, au gré de nos expériences douloureuses. Dans ce yoga, on se relie à Soi, on naît à son identité spirituelle, et ce processus passe par le corps, que l’on appelle la voie royale en alchimie.

Connecté à soi, on se connecte mieux à l’autre et in fine, au Tout, à une force créatrice plus grande que nous. C’est le sens même du mot yoga : relier. Le Kundalini yoga est une technologie puissante, rapide, ordonnée. J’ai accédé en très peu temps dans ce yoga - parfois quelques minutes - à des espaces de moi-même inexplorés, en terme de puissance, de confiance, mais aussi de joie, d’amour, c’est très fort ! 

 

Le Kundalini s’adresse-t-il à tous ?

Oui, ce yoga extrêmement transformateur s’adresse à tout le monde, quel que soit son background, son âge, sa motivation. Les seules restrictions concerneraient pour moi des personnes extrêmement fragilisées psychiquement, ou sous traitements médicamenteux lourds. Dans ce cas-là, mieux vaut demander l’avis à un médecin, ou avoir une pratique extrêmement accompagnée avec un professeur certifié et de confiance. 

 

Qu’est-ce que t’apporte le Kundalini au quotidien ?

J’ai découvert le yoga Kundalini sur le tard mais mais il est vite devenu essentiel à ma vie. J’avais pratiqué d’autres yogas avant : hatha, ashtanga, Iyengar, mais aucun ne m’avait jamais nourrie, portée, de manière aussi profonde, durable. Je peux dire aujourd’hui que cette pratique est l’une des grandes rencontres de ma vie. C’est un yoga tantrique dans lequel on vient connecter et relier les polarités, entrer dans ce que j’appelle la Voie du Milieu, la voie du cœur, et trouver l’équilibre, au delà des conflits, de la dualité, pour se déployer dans son plein potentiel.

Cette énergie que l’on appelle la Kundalini, qui n’est rien d’autre que notre énergie vitale, le feu originel et primordial, nous donne le courage d’aller à la rencontre de notre destinée, de notre véritable identité, ce que l’on nomme en kundalini le SATNAM. Et qui équivaut en gros à trouver notre place dans le monde, et à nous incarner pleinement dans notre vérité, unique. 

 

Le yoga Kundalini nourrit-il ta pratique de sexothérapeute ?

Bien sûr, et inversement ! Pour moi, pratiquer le Kundalini, c’est comme passer à la pompe à essence. On remplit le réservoir de son énergie vitale avec cette pratique. Et on sort du tapis plus fort, plus ancré, plus centré, le mental douché, l’esprit clair, le cœur léger. Puis les choses reprennent leur cours et notre énergie est de nouveau grignotée. C’est ainsi. C’est un éternel recommencement. C’est le cycle de la vie. Je dis souvent à mes élèves que l’on ne devient pas invulnérable en pratiquant le yoga, et tant mieux ! On ressent les émotions, mais on n’est plus dominées par elles, on ne les subit plus. On n’est plus emporté par les vagues, on les surfe ! 

L’une des grandes forces à laquelle le Kundalini nous permet d’accéder, c’est l’ancrage, cette sécurité intérieure, liée à notre premier chakra, le chakra racine. Quand on active son Mulhabandha, la fermeture racine, appelée aussi The Master Key, (qui consiste à contracter anus, périnée, nombril), on vient muscler cette sécurité intérieure. Quand je reçois mes patients, je m’ancre profondément dans mon périnée, c’est cette solidité, cet ancrage, qu’ils viennent chercher chez moi. Le reste est affaire de langage, mais le plus important à mes yeux passe par le corps. 

En Kundalini, on travaille aussi beaucoup sur l’ouverture du cœur, le respect de soi-même et de l’autre, des qualités essentielles pour une thérapeute. Enfin, le Kundalini ravive le désir, la créativité, et nous met en connexion avec notre puissance, qui va de pair avec la confiance en soi, la volonté, la détermination. Éveiller sa Kundalini, c’est rallumer l’étincelle du désir ! Et l’absence de désir, c’est la problématique numéro un dans les cabinets de sexothérapie. À l’inverse, mes patients nourrissent mon être-enseignant. Leurs histoires de vie m’emmènent dans les profondeurs de la nature humaine. Je suis en permanence en contact avec ce que nous traversons tous comme difficultés pour être pleinement nous-mêmes.

La psychothérapie, comme le yoga, sont des voyages intérieurs pour percer le mystère de notre existence. Les deux pratiques se complètent, et s’autonourrissent. 

 

Comment le Kundalini peut-il permettre de renforcer sa libido ? Conseilles-tu la pratique du tantrisme en couple ?

La Kundalini EST la libido ! J’adore cette citation de Octavio Paz : « Le feu originel et primordial, la sexualité, lève la flamme rouge de l’érotisme et celle-ci, à son tour, soutient et exalte une autre flamme, bleue et tremblante : celle de l’amour. Érotisme et amour : la flamme double de la vie. » La Kundalini est cette énergie originelle et primordiale, à l’origine de notre venue au monde. C’est l’énergie sexuelle et créatrice, donc oui, en ce sens, le yoga Kundalini réveille la libido. Faites donc le Sat Kriya tous les jours, vous verrez très vite de quoi je parle ! Après, la manière, et dans quel domaine cette énergie s’exprime vous appartient, et relève de choix conscients.

En Kundalini yoga, on vient réveiller mais aussi apprendre à canaliser cette énergie. On la transforme, on la raffine si je puis dire. Les Yogis savent que l’énergie sexuelle ne sert pas seulement à l’acte sexuel. Elle nous met en mouvement, elle guérit aussi. Elle nous ouvre en grand les portes de notre totalité en tant qu’humain, notre plein potentiel. J’ai des patients, ou des élèves, qui sont dans les excès, en proie à des addictions, d’autres sont dans le manque, la frustration.

Ce que permet le yoga, c’est de trouver l’équilibre. Ni trop, ni pas assez. La voie du milieu ! 

 

Enfin, comment t’es-tu formée au Kundalini et comment nos lecteurs peuvent-ils te rencontrer ?

Je me suis formée à cette pratique auprès d’enseignants merveilleux de par le monde, pour moi-même au début, et puis un jour, j’ai franchi le pas. J’ai décidé de transmettre ce que j’avais cherché pour moi-même, ce qui m’avait tant guérie, ancrée, renforcée, apaisée…

J’enseigne le KUNDALINI yoga depuis 2 ans, dans mon home Studio à Montmartre, SATNAM MONTMARTRE, et chez KSHANTI YOGA STUDIO, un studio du 6ème arrondissement.

J’organise aussi des retraites où j’accompagne des groupes dans cette quête du Soi, cet éveil spirituel qui passe par la voie du corps. Et j’allie ainsi ma passion pour les voyages, l’Ailleurs, l’étranger avec celle des gens, du yoga. J’aime les gens, tous, je ne fais pas distinction, je crois que c’est l’une des clés quand on fait ce métier de transmission. L’âme, la nature humaine ne cesse de m’émerveiller. Et je sais que c’est infini.

 

Anne Bianchi conjugue cette activité de professeure de Kundalini avec celle de sexothérapeute, comme elle l’écrit « les deux se nourrissent et s’enrichissent (…)  La psychothérapie, comme le yoga, sont des voyages intérieurs pour percer le mystère de notre existence. Les deux pratiques se complètent, et s’autonourrissent. » c’est pourquoi, nous vous invitons à poursuivre votre lecture en découvrant l’interview d’Anne à propos du désir, de la sexualité et de la recherche du plaisir.    

Notre talk en compagnie d'Anne aura lieu dans notre Concept Store Holistique le 27 septembre au 4 rue Paul Bert à Paris. Pour toute inscription et informations, rendez-vous sur notre page Instagram et inscrivez-vous à notre Newsletter.

Vous pouvez retrouver Anne sur son compte Instagram : @annenoemiebianchi

Crédit photo : Flora Boidot