Magazine

Aurore, naturopathe Atelier Nubio

par Claire Nouy | 2019-11-11 | Atelier Nubio | | Share on Facebook

Joyeuse, vive, curieuse de tout, Aurore diffuse une belle énergie dans le concept store Atelier Nubio où elle officie du jeudi au samedi.

Joyeuse, vive, curieuse de tout, Aurore diffuse une belle énergie dans le concept store Atelier Nubio où elle officie du jeudi au samedi. Aurore est naturopathe spécialiste du soin holistique de la peau. Elle donne des prescriptions personnalisées "Holistic Skin" toutes les semaines au concept store (inscription ici) et animera l'atelier sur les superfood et compléments naturels (inscription ici) lors de la "conscious week"(du 27 novembre au 3 décembre).

Passionnée de naturopathie (soigner est sa vocation) et amoureuse du beau, Aurore est aussi exploratrice du féminin sacré. Interview. 

Où sont tes racines ?

Je suis née en Corrèze, à Brive-la-Gaillarde, et ai vécu aussi un peu à Tours mais j’ai été conditionnée depuis le plus jeune âge à adorer Paris car ma grand-mère ne me cessait de me répéter que c’était la plus jolie ville du monde. Je suis amoureuse de Paris, ville dans laquelle je vis, que je trouve si poétique. J’admets que la nature me procure un tel bien être que je pense que mes racines sont à la fois dans l’effervescence parisienne et dans la quiétude des forêts.

 

Qu'est-ce qui te fait vibrer ? 

Me promener dans Paris - et dans la nature, observer le monde, écrire. Tout dans le quotidien peut m’apparaître extrêmement poétique, je suis très curieuse et j’ai une imagination débordante, juste observer peut m’emmener très loin…

 

Tu vis à Paris, qu'aimes-tu / détestes-tu dans cette ville ?

J’aime Paris pour toute la beauté qu’elle recèle, ses immeubles, ses petits quartiers aux atmosphères différentes, ses jolies boutiques, son histoire, sa poésie. J’avoue que je suis amoureuse de Paris.

Ce que j’aime beaucoup moins, c’est la pollution sonore, atmosphérique, sa violence parfois avec ses habitants énervés et pressés, le manque de nature etc.

 

Où aimes-tu traîner à Paris (ton café préféré par ex...)

A Paris, j’adore me balader au jardin du Luxembourg, j’ai la chance d’habiter tout près de ce parc iconique. J’adore boire un cappuccino chez Grounded rue de Charonne, j’aime aussi beaucoup le café Shakespeare and Co rue de la Bûcherie dans le 5 ème arrondissement. Je cède parfois à la gourmandise et m’offre un cinnamon roll de chez Circus Bakery, 63 rue Gallande dans le 5 ème.

J'aime beaucoup traîiner à la librairie Tschann situé 125 boulevard du montparnasse dans le 6 ème arrondissement. Je suis aussi fan du Japon. Mes adresses favorites pour dîner japonais sont Sanukiya au 9 rue d’Argenteuil dans le 1er et Taeko au marché des Enfants Rouges, au 39 rue de Bretagne.

 

Quelles sont tes nourritures physiques et spirituelles préférées ? 

Je pratique le yoga, que ce soit un yoga très relaxant comme le Yin yoga ou plus tonique comme le hatha, le vinyasa ou encore énergétique comme le kundalini, je les aime tous.

À Paris, je me déplace à vélo et j’adore cette sensation de liberté que cela me procure. J’aime aussi lire que ce soit des romans (j’aime beaucoup Romain Gary), de la poésie ou des livres sur la philosophie ou sur le développement personnel.

J’adore aussi cuisiner, préparer un bon repas avec beaucoup beaucoup de légumes et de couleurs !


Comment te ressources-tu quand tu sens que cela va trop vite ou que ça sonne faux ?

Quand cela va trop vite, j’essaye de m’arrêter, de faire le point avec moi-même en écrivant tout ce qui se passe dans ma tête sur mon carnet (j’écris beaucoup et cela me permet de décharger la pression.)

J’essaye également de marcher, pour évacuer tout stress inutile. Aussi, je vois mes proches avec qui je peux échanger et avec qui je me sens en sécurité.

 

Ta sélection sur notre eshop (ça peut être des produits de notre marque ou pas)

Les poudres de superaliments "On veut… un boost d’énergie" et "On veut… un rituel de détente" car j’adore me préparer des boissons réconfortantes !

Côté soin cosmétique, l’huile de framboise pressée à froid (antioxydante) fait un bien fou à ma peau (super antioxydante contre la pollution parisienne) et dont l’odeur subtile de framboise fraîchement écrasée me ravit !

Je fais brûler la sauge blanche (en vente au concept store exxclusivement) chez moi pour nettoyer énergétiquement mon appartement ou encore mes énergies du moment.



Raconte-nous ta vocation de naturopathe 

Je suis issue d’une famille de médecins depuis plusieurs générations des deux côtés (paternel et maternel), mais c’est surtout l’arrivée de mon beau-père dans ma vie aux alentours de mes seize ans qui m’a plongée dans le milieu du bien-être. Pharmacien de formation, il surfait beaucoup, a créé des films de surf nommés Les Nuits de la Glisse et a connu la culture New Age des années 70. Il a beaucoup pratiqué le yoga, le jeûne, la méditation, etc et c’est grâce à lui que je me suis intéressée à la naturopathie. Et ma maman a toujours été passionnée par les trésors de la nature, elle nous a tant de fois emmené, ma sœur, mes frères et moi se balader en forêt.

 

Comment t'es-tu formée à la naturopathie (et continues-tu à te former) ?

Je me suis formée à la naturopathie à l’école ISUPNAT, j’ai fait une formation intensive de plus de 1200 heures durant quinze mois. C’est une école qui est certifiée par la Féna (Fédération Française des Écoles de Naturopathie).

Je continue de me former en lisant beaucoup, en assistant à des formations de micronutrition, en me rendant à des ateliers en lien avec le bien-être (stage de chamanisme ce mois-ci par exemple).

 

En quoi la naturopathie a-t-elle transformé  ton rapport à ton corps, ta santé et ta vitalité ?

La naturopathie m’a permis d’apprendre à me connaître, de savoir ce qui me convient et ce qui ne me convient pas, de comprendre les lois physiologiques du corps et le pouvoir transformateur et aujourd’hui un peu oublié de la nature.

Cette pratique m’a ouverte sur tellement de choses et notamment sur l’amour de moi, de la nature, de la vie. Grâce à la naturopathie, j’ai appris à savoir ce qui était bon pour moi et à respecter mon corps, ne pas trop me juger. Quand je manque de vitalité, je sais qu’il est important pour moi de me reposer, de prendre mon temps, de respecter les rythmes de mon corps.

 

Tu explores en ce moment le "féminin sacré" - que t'apporte cette conscience/pratique au quotidien ? 

J’ai été un peu « catapultée » par hasard dans cet univers car je cuisinais pour les retraites Moonrise de mes amies Marion Thelliez (naturopathe et chamane) et de Laura Wencker (artiste et photographe) qui organisaient leurs retraites pour comprendre son cycle féminin et pour apprendre à s’aimer soi-même en tant que femme. Une révélation ! J’ai moi-même une grande sœur avec qui je cultive une intime et profonde relation. Avec ces retraites, j’ai rencontré de nombreuses femmes toutes aussi merveilleuses les unes que les autres, j’y ai lié de nombreuses amitiés, ai découvert divers parcours de femmes (qui m’inspire pour m’assumer et choisir la femme que je désire être !). J’ai surtout expérimenté le pouvoir de la sororité, de cette communauté féminine si doux et si puissant à la fois !

 

Quel est ton projet le plus en enthousiasmant du moment ? 

Poursuivre l’exploration du féminin en me rendant à un stage d’une enseignante québécoise nommée Bhakti (sous les conseils avisés de mon amie Marion Thelliez), ainsi que des ateliers cuisine clandestins que j’organise chez moi pour enseigner une cuisine gourmande et vertueuse en accord avec les principes de la naturopathie.

Passionnée par les mots, j’ai l’irrépressible envie de créer quelque chose en lien avec l’écriture comme des ateliers d’écriture thérapeutique. A suivre !

 

Crédit photo : Laura Wencker