Magazine

Docteur Peres : Dermatologue holistique

par Claire Nouy | 2019-11-08 | Inspirations | | Share on Facebook

Dermatologue à Biarritz, Dr Sylvie Peres soigne la peau de ses patients de façon globale. Elle a fondé avec sa fille Anne la marque de soins Alaena.

Les soins Alaena associent expertise médicale et formulations naturelles à base d'actifs de fruits et de graines germées, absolument dénuées de tout ingrédient toxique. Le Dr Peres sera l'invitée d'un atelier dédié au soin des problématiques de peau le 3/12/2019 (sur inscription).

Interview avec la dermatologue que nous rêverions toutes d'avoir !

 

Où sont vos racines ?

Elles sont multiples mais je suis toujours restée proche de la Nature, sauf pendant mes études de médecine à Bordeaux. Mon père me rappelait que l’étymologie latine de Sylvie était la forêt. D’abord en Savoie où je suis née, mon grand-père épicier, vendait des graines (j’en ai apprécié la variété, la douceur du toucher) et des fromages que nous partions récupérer dans la montagne. Petite, je suis partie habiter avec mes parents en Algérie et en Libye. J’y ai découvert la biodiversité, c’est depuis une obsession. Je ne supporte pas de voir disparaitre des espèces - je ne pourrai pas les montrer à mes enfants et petits-enfants ! Ensuite, en Béarn où ma meilleure amie avait une ferme, et où j’ai pu constater la transformation de l’agriculture. Enfin, au Pays Basque, ou nous sommes installés avec mon mari, il y a 26 ans.

 

La médecine a-t-elle été une vocation ?

Oui, la médecine était une vocation, déjà je rêvais d’humanitaire. J’ai eu la chance d’en faire pendant mes études, en Inde en tant qu’aide opératoire pour assister mon mari chirurgien, et au Sénégal où j’ai pu exercer la médecine tropicale dans un dispensaire.

Quant à la dermatologie, j’ai adoré la pratique de cette spécialité qui peut sembler un peu superficielle en apparence, mais qui permet de découvrir la profondeur de l’être. Paul Valéry disait « La peau est ce qu’on a de plus profond ».

 

Avez-vous toujours pratiqué une médecine dermatologique « holistique », à la recherche de la cause de la problématique ?

J’ai longtemps fait confiance à l’enseignement universitaire conventionnel. Avant quand un malade me demandait pourquoi cette maladie, je disais que la médecine ne répondait pas à cette question, mais dans mon fort intérieur cela ne me satisfaisait pas. Dans mes recherches, je me suis heurtée  à des remparts de désinformation, et cela continue. J’ai trouvé de l’aide dans le monde des associations, avec des confrères d’autres spécialités qui avaient la même démarche. En particulier, j’ai passé beaucoup de temps à essayer de comprendre la problématique des perturbateurs endocriniens, un nouveau mode de toxicité jamais rencontré auparavant et qui explique de nombreuses épidémies modernes (cancer, diabète, obésité, maladies cardiovasculaires).

  

Comment vous ressourcez-vous quand vous sentez que cela va trop vite ou que ça sonne faux ?

Effectivement entre ma profession à laquelle je tiens beaucoup, le développement de la gamme Alaena et mon activité associative pour la défense de l’océan, je me sens parfois débordée. Les sports de plein air me vident la tête, je pratique le surf, le VTT, la randonnée à ski et le yoga. J’aime partir en vacances avec ma famille, retrouver ma grande fille en Nouvelle Calédonie ou découvrir des coins de paradis encore préservés.

 

Quelles sont vos nourritures (physiques et spirituelles) préférées ?

Pour moi il est très important de manger bio et local, les deux sont indissociables. Je rappelle souvent à mes patients la très sérieuse étude reprise par l’Académie de Médecine Américaine publiée dans Le Monde : « manger bio : 25% de cancer en moins ».

Je suis très gourmande, et manger doit être un plaisir. J’ai beaucoup diminué les protéines animales, mais je ne suis pas végétarienne, j’ai autant de respect pour les animaux que pour les végétaux. Depuis mes recherches pour nos ingrédients brevetés à base de graines germées, je varie beaucoup légumineuses et céréales dans mon alimentation. Je fais tremper mes légumineuse 24h avant de les cuire, cela débute la germination, les actifs sont mieux absorbés, la digestion est meilleure, cela régénère la flore intestinale, et enfin la cuisson est plus courte. Pour les farines et les pates j’associe au blé le souquet, l’avoine, la châtaigne, le lin, l’orge. Bien sûr je consomme des fruits et des légumes de saison.

Pour mon alimentation spirituelle, je lis beaucoup sur le monde végétal qui me fascine chaque jour d’avantage (Francis Hallé, Lebenwholen). Le rapport des peuples dit primitifs avec la nature devrait nous guider pour retrouver le chemin de l’équilibre, du respect (Pour une écolologie sprituelle de Satish Kumar, Les Maitres des Upanishad de Ysé Tardan-Masquelier). L’Art écologique est une tendance de l’art contemporain où l’es artistes s’emparent des enjeux environnementaux. J’ai la chance de connaitre le Professeur Nicolas Grimaldi, ses livres abordent la philosophie avec simplicité, m’entretenir avec lui est un bonheur, il me donne de la clairvoyance. La musique classique relie tout cela. Jardiner m’est indispensable, tout comme cuisiner pour mes amis ou ma famille.

 

Vous vivez à Biarritz. Qu’aimez-vous (ou moins) dans cette ville ?

Je trouve cette ville très belle, j’aime voir l’océan et ses vagues au bout de la rue. Je suis toujours étonnée quand les surfeurs traversent au milieu des citadins. La Pays Basque est une région très variée, on peut y pratiquer des activités nautiques mais aussi, très vite se retrouver dans la montagne pour des randonnées. C’est aussi riche culturellement (artisanat, expositions, festival Le Temps d’Aimer La Danse). Malheureusement il faut veiller à ce que l’hyper-tourisme en été ne fasse pas perdre son âme au Pays Basque.

 

L’acné chez les adultes est-il plus répandu aujourd’hui que précédemment ? Quelles sont les causes ? Comment le traiter ?

Oui, l’acné est une pathologie en recrudescence. C’est la combinaison de plusieurs facteurs : génétique (on retrouve des antécédents familiaux), le tabac, les modes de vie modernes (stress, manque de sommeil), l’alimentation industrielle (hyper-glycémique, additifs, trop de laitage), les médicaments (certains contraceptifs notamment à base de dérivés du Norgestrel), enfin les dérèglements  hormonaux, en particulier l’augmentation du syndrome des ovaires polykystiques.

Pour traiter l’acné, il est importance d’adopter un rituel de nettoyage soigneux, avec un savon saponifié à froid. L’hydratation, le maquillage et l’alimentation doivent être adaptés, c’est un travail conjoint du dermatologue, du gynécologue et du nutritionniste.

La rosacée est un problème qui nous est remonté très souvent.

 

Quelle est la routine de soin adaptée ? Comment en venir à bout ?

La rosacée serait due à la prolifération d’un parasite de la peau, le démodex, favorisée par un déséquilibre de la flore cutanée et sans doute intestinale. En complément d’un rituel de soin adapté (nettoyage avec un savon saponifié à froid, crème hydratante naturelle sans allergène ni huiles essentielles), des cures de probiotiques ou de kéfir peuvent être envisagées. Il est également très important de ne pas fumer.

 

Avez-vous constaté une relation entre les problèmes de digestion et l’acné / la rosacée / les peaux deshydratées ?

Le lien entre l’intestin et la peau est bien connu et des études récentes montrent le lien entre les maladies inflammatoires de la peau (acné, rosacée, eczéma) et les troubles du microbiote intestinal, considéré comme le deuxième cerveau. La connaissance du microbiote et son rééquilibrage avec des prébiotiques et des probiotiques, couplés à une alimentation adaptée sont des voies d’avenir.

 

Le stress a-t-il un impact sur la peau ? Comment agit-il ?

Oui tout à fait, on remarque notamment des poussées d’acné ou d’eczéma avant le bac, lors de la rentrée, ou en cas de choc affectif. Les mécanismes mis en jeu commencent à être élucidés. Des techniques de sophrologie, yoga, méditation peuvent être utiles.

 

Comment le dermatologue peut-il aider à prendre de l’âge avec grâce ?

En plus d’une bonne hygiène de vie, la protection solaire est essentielle. Le dermatologue conseillera des soins de peau réalisés régulièrement (crème hydratante, masque, peeling). En complément, des techniques de la dermatologie esthétique faites avec modération, adaptées à chaque cas, peuvent permettre d’obtenir de beaux résultats. Pas question de supprimer toutes les rides, mais prendre de l’âge avec charme.

 

Quels sont vos 5 gestes pour préserver la jeunesse de la peau ?

  1. Une bonne alimentation.
  2. Pratiquer différents sports qui associent travail du cardio et stretching, idéalement en extérieur pour profiter d’une belle nature.
  3. Une protection solaire rigoureuse (c’est le premier antiride).
  4. Mes soins Alaena et des soins dermatologiques réguliers.
  5. Se faire plaisir, s’amuser, tant que la vie me le permet pour éviter les plis d’amertume.


Quel a été le déclic pour lancer ALAENA ?

Depuis des années je m'étais remise à faire des préparations magistrales en pharmacie pour créer des formules sur mesure, supprimer les ingrédients cosmétiques toxiques et choisir de bons ingrédients naturels. J’ai très vite remarqué les résultats sur mes patients, la peau retrouvant tout son éclat. Ma fille m’a alors proposé de créer notre gamme Alaena, en associant l’efficacité des formules mises au point au rituel du spa.

 

Quelle est la problématique de peau que vous avez eu envie de soigner en priorité avec ALAENA ?

Les  peaux fragiles, sèches voire atopiques. Mes patientes se crémaient tous les jours et avaient une peau craquelée dès qu’elles s’arrêtaient. Avec mes préparations magistrales, une application deux fois par semaine offrait une vraie réparation durable. Egalement les peaux jeunes, comme celles de mes filles, et les peaux plus matures, comme la mienne et celles de mes amies, créer un rituel adapté à nos modes de vie de femmes pressées.

 

Comment avez-vous eu l’idée d’utiliser des actifs de graines germées dans vos cosmétiques ?

J’ai découvert les bénéfices pour la peau des vitamines et des acides aminés mais c’est molécules n’existaient pas en bio. Je me suis alors plongée dans les publications scientifiques. En faisant le parallèle avec l’alimentation, où les protéines sont apportées par les graines (céréales et légumineuses), je me suis rendu compte de leur richesse pour la peau. La germination, symbole de la vie, elle permet d'augmenter le taux de vitamines, principalement celles du groupe B, et des acides aminés, en particulier les prolamines qui favorisent la production de collagène.

 

Quel a été le plus gros challenge pour créer des soins bio et sans huile essentielle ?

Effectivement à l’origine la conservation des cosmétiques se faisait grâces aux huiles essentielles. Aujourd’hui, il existe des systèmes de conservation agréés par les labels bio (Ecocert Cosmos Organic pour Alaena) moins allergisants et sans parfums. Concernant les principes actifs de nos formules, nous avons choisi des actifs issus des biotechnologies.

 

Quels sont vos engagements en tant que médecin & entrepreneur ?

En temps que médecin, il est important pour moi de repartir du serment d'Hippocrate, Primum non nocere, « En premier ne pas nuire ». J’ai a cœur de proposer à mes patients des traitements, et plus globalement des règles de vie, pour éviter les substances toxiques. Je suis également investie en médecine environnementale, pour mieux comprendre le lien entre les épidémies modernes et les dégradations de notre environnement que je m’efforce de protéger par mon activité associative de défense des océans. En tant qu’entrepreneur avec ma fille, tous ces engagements se retrouvent dans les valeurs d’Alaena.

 

Quel est votre projet le plus enthousiasmant du moment ?

Devenir grand-mère !

 

Dr Sylivie Peres sera l'invitée de l'atelier "Dermatologie Holistique" le 3 décembre 2019 au concept store Atelier Nubio.

Découvrir la gamme Alaena sur le eshop Atelier Nubio :

Le savon mangue-avocat

Le peeling aux acides de fruits 

La crème hydratante peau sensible