Magazine

Comment pratiquer la méditation au quotidien ?

par Claire Andreewitch | 2018-05-08 | Body | | Share on Facebook

Quelques clés pour méditer au quotidien

La méditation, une activité naturelle quotidienne


A mes clients et élèves qui souhaitent commencer une pratique méditative, je dis toujours que la méditation ne doit pas être une pratique ou une activité « en plus », à ajouter dans leur agenda qui, je le sais, est déjà bien rempli.

La méditation ne devrait pas être considérée comme « une nième pratique bien-être à ajouter » dans le planning, mais on devrait plutôt la considérer comme un geste, une habitude qui fait partie d’une hygiène de vie saine au même titre que le brossage des dents ou la douche quotidienne. Elle vous purifie mais depuis l’intérieur. La méditation, c'est votre douche du mental et de l’esprit - à prendre chaque jour. 

Pourquoi vous dis-je cela ? Parce que beaucoup de gens aujourd’hui hésitent à s'y initier par peur de ne pouvoir y consacrer assez de temps, de ne pas parvenir à méditer ou simplement par peur de ne pas apprécier les exercices.

La beauté de la méditation est qu'elle s’adapte à VOUS: à votre planning, vos besoins et vos envies. La durée et la façon de méditer peut varier selon les personnes. Elle peut facilement s'intégrer dans votre vie de TOUS LES JOURS. En réalité, c'est une pratique de pleine conscience qui exige une certaine concentration ! Le « mindfulness » est déjà une forme de méditation, un état méditatif qui nous permet d’être centrés, présents avec tout notre esprit et notre mental. 

On le sait bien, quand on est concentré sur l’instant présent, on n’est pas en train de ruminer le passé ou d'angoisser pour le futur ! Le présent est le meilleur des antidépresseurs, il permet d’évacuer les pensées négatives. Les bienfaits de la méditation ont été démontrés depuis longtemps, ils sont si nombreux comme l'illustrent les exemples suivants :
- Une meilleure concentration
- Une plus grande créativité
- Un niveau de stress et d’anxiété diminué
- Une meilleure santé émotionnelle
- Une diminution de la tension artérielle
- Un meilleur sommeil
- Une meilleure libido
- Une meilleure énergie
- Un système immunitaire renforcé
- Une meilleure santé globale

Pour bénéficier de ces bienfaits vous aussi, installez une petite pratique quotidienne méditative qui vous correspond et adaptée à vous ! Je dis bien quotidienne car c’est cette régularité qui vous permettra de rendre la pratique naturelle, comme un vrai reflexe d’hygiène de vie, et que vous obtiendrez le plus de résultats. Cela dit, si vous « ratez » une journée, vous n’avez pas gâché quoi que ce soit ! Continuez simplement votre journée, sans vous poser trop de questions et surtout évitez de culpabiliser ou d’émettre des jugements sévères vis-à-vis de vous-même et de la pratique.

4 conseils clés pour construire votre pratique

1. Expérimentez 

Permettez-vous une phase d’expérimentation pour découvrir la méditation et pour savoir ce qui vous correspond le mieux (pour le moment).
Par exemple :
- Laissez-vous bercer par des méditations guidées
- Pratiquez seul(e) en observant seulement la respiration pendant 2/5/10 min, en position assis(e)/ allongé(e),
- Méditez en répétant une mantra ou une affirmation (ex : « j’inspire le calme »,« j’expire et je lâche prise »…)
- Pratiquez des exercices de pleine conscience : vous êtes pleinement présent quand vous observez chaque geste et sensation quand vous prenez votre douche le matin, marchez dehors ou faites la vaisselle.

2. Trouvez le moment propice

Trouver le moment propice est crucial notamment lorsque vous débutez la méditation afin d’ancrer cette nouvelle habitude dans votre quotidien et d'installer une régularité. Au bout de quelques semaines, il vous sera plus facile de préserver une pratique tout en restant flexible sur le moment de la journée…
Le plus simple pour la plupart des gens est de méditer le matin, au lever. La méditation peut devenir le premier réflexe de la journée, quelques minutes dans la pleine conscience. Suivez votre respiration mentalement et préparez-vous pour une journée plus sereine, plus centrée et en contact avec vous-même.
Elle peut aussi se faire avant le coucher ou à la pause déjeuner.

Vous pouvez expérimenter les exercices aux différents moments de la journée et trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous !

3. Ne vous mettez pas la pression

Si la méditation devient un élément stressant ou une « corvée » en plus dans votre vie, ce n’est pas la peine. La méditation sera là pour vous apporter quelque chose (un plus grand bien-être général) et non pour vous priver de quelque chose (votre temps, calme d’esprit…). Si vous ne faites pas exactement ce que vous aviez prévu par rapport à votre « routine méditation » ne culpabilisez pas, continuez simplement votre journée sans vous flageller. Et il n’y a pas de notion de « bien faire » dans la méditation. Chacun a sa pratique et ce n’est pas parce que vous avez obtenu 3 minutes de « silence » mental que votre séance était « réussie ». Chaque petite séance est une pratique, et chaque fois vous allez avancer et entrainer le cerveau. Mais la pratique reste parfois subtile, et vous ne ressentirez pas nécessairement le résultat de votre pratique immédiatement. Vous pouvez découvrir les bienfaits de la méditation à postériori.

4. Soyez patients ET construisez la pratique progressivement

N’essayez pas par exemple de méditer 30 minutes la première fois, cela risque de vous démotiver ! Il faut se fixer un objectif réalisable. Se retrouver « face à soi-même » dans le silence n’est pas évident pour tous, mais toujours enrichissant… La première fois, commencez petit, on choisissant de méditer 5 par exemple ou même 3 minutes, et ajoutez progressivement des minutes en plus à la pratique. Et si vous n’observez pas rapidement les résultats souhaités, continuez quand même, il faut être patients… Pour certains cela peut prendre un peu plus de temps, mais soyez confiants : la méditation a toujours un effet à un niveau plus subtil. Le cerveau a besoin de passer le cap (souvent autour de 3 semaines) avant d’avoir intégré et « accepté » une nouvelle habitude… 

Article de Claire Andreewitch