Maladie de SIBO : tout savoir sur cette infection intestinale

Définition, symptômes, traitement naturel, alimentation… On vous en dit plus sur la maladie SIBO, une pathologie encore méconnue.

Le SIBO (ou “maladie des pets”) est une pathologie encore méconnue du public. Pourtant, elle handicape de nombreuses personnes au quotidien. Elle se caractérise par des troubles digestifs pouvant altérer la qualité de vie : ballonnements, flatulences, douleurs abdominales, ventre gonflé, digestion douloureuse, fatigue intense… Quelles sont les causes de la maladie de SIBO ? Quoi manger en cas de SIBO ? Est-ce qu’il existe des traitements ? Faisons le point.

C’est quoi la maladie de SIBO ?

Le SIBO (Small Intestinal Bacterial Overgrowth) ou pullulation bactérienne de l’intestin grêle en français se caractérise par une augmentation du nombre de bactéries dans l’intestin grêle.

Dora Moutot, journaliste souffrant elle aussi du SIBO résume cela très bien : "Elles n’ont rien à faire là, mais elles squattent et créent tout un tas de problèmes, dont des gaz horripilants !".

Pour rappel, notre tube digestif va de la bouche à l’anus et il est naturellement colonisé par un ensemble de micro-organismes (bactéries, champignons, virus…). C’est ce qui forme le microbiote intestinal. Parfois, les bactéries partent dans tous les sens et causent plein de soucis.

Cette prolifération survient lorsque les bactéries du côlon migrent dans l’intestin grêle. Le problème, c’est que l’intestin grêle sert à absorber les aliments tandis que le côlon s’occupe de fermenter ce qu’il en reste. Ces deux parties de l’intestin sont donc tapissées de bactéries distinctes. Mais lorsqu’elles remontent vers l’intestin grêle, elles vont :

  • endommager la flore intestinale,
  • causer un trouble de la malabsorption,
  • provoquer des troubles digestifs plus ou moins importants.

    Comment s’attrape le SIBO ?

    Les causes du SIBO sont multiples. Il existe plusieurs facteurs de risques :

  • syndrome de l’intestin court
  • maladie de Crohn
  • syndrome de l’anse borgne (prolifération de la flore bactérienne de l’intestin grêle)
  • trouble de la mobilité intestinale
  • niveau trop bas d’acide chlorhydrique dans le liquide gastrique
  • complications liées au diabète
  • maladie diverticulaire de l’intestin grêle
  • alcoolisme
  • insuffisance rénale
  • âge avancé
  • immunodéficience
  • maladie de Parkinson

Test maladie SIBO : comment faire ?

En raison de symptômes très similaires, le SIBO est souvent confondu avec le syndrome de l’intestin irritable, la maladie cœliaque (intolérance au gluten) ou l’intolérance au lactose. Pourtant, il s’agit bien d’une maladie distincte. Pour éviter de partir dans la mauvaise direction et profiter d’une prise en charge adaptée, il existe un diagnostic précis du SIBO.

Pour détecter le SIBO, deux examens sont possibles :
1. Analyse des bactéries en prélevant du liquide dans l’intestin grêle (méthode assez invasive car elle nécessite une endoscopie, mais très rarement prescrite).
2. Test respiratoire au glucose qui mesure la concentration d’hydrogène et de méthane dans l’haleine. Il suffit d’ingérer un sucre !

Les bactéries à l’origine du SIBO produisent de l’hydrogène et du méthane lorsqu’elles décomposent les glucides dans l’intestin grêle, il est donc facile de les identifier. Mais attention, le gastro-entérologue Pr François Mion nous met en garde : “La sensibilité de ces tests est néanmoins imparfaite, il peut y avoir des faux positifs ou faux négatifs.”

Quels sont les symptômes du SIBO ?

Il est possible de ne présenter aucun symptôme, excepté une perte de poids ou des carences en nutriments, vitamines liposolubles (A et D) et glucides. Le plus souvent, les symptômes de la maladie de SIBO concernent les troubles digestifs :

  • ballonnements
  • gêne abdominale
  • flatulences excessives
  • diarrhées
  • constipation
  • reflux gastro-œsophagiens
  • stéatorrhée (quantité anormalement élevée de lipides dans les selles)
    D’autres symptômes comme des nausées, une perte ou prise de poids involontaire ou des allergies alimentaires peuvent être liés au SIBO.

Comment soigner le SIBO ?

Il n’existe pas de traitement du SIBO en tant que tel, mais il est possible de soigner la maladie du SIBO en combinant plusieurs méthodes. Antibiotiques, traitement naturel, alimentation, hygiène de vie… Voici toutes les recommandations à suivre si vous souffrez de SIBO

Prise d’antibiotique

Un médecin pourra vous prescrire un traitement antibiotique et/ou antiparasitaire. Le but n’est pas d’éradiquer la flore bactérienne, mais de la modifier afin d’obtenir une amélioration des symptômes. Comme la flore intestinale est remplie de bactéries variées, des antibiotiques à large spectre sont nécessaires. Ceux qui sont le plus souvent prescrits sont la rifaximine, l’amoxicilline, la ciprofloxacine ou le métronidazole.
Cette prise d’antibiotiques s’étend sur une durée de 8 à 10 jours. Il est préconisé de suivre 1 à 3 cures en fonction des récidives, en alternant les antibiotiques et en les espaçant de 1 mois.

Traitement naturel maladie SIBO

L’inconvénient des antibiotiques, c’est qu’ils traitent uniquement les symptômes. Et lorsque le problème n’est pas traité à sa source, le SIBO peut réapparaître facilement. En effet, les causes initiales du SIBO sont variées (stress, alimentation déséquilibrée, mauvaise vidange gastrique, mastication insuffisante…).

Pour soulager naturellement le SIBO, il est donc conseillé de :

  • Renforcer le système immunitaire : afin d’éviter toute récidive, il est important de stimuler le système immunitaire avec du Zinc, de la vitamine D ou des actifs naturels immunostimulants et immunomodulants (Échinacée, Reishi, Shiitake…).
  • Restaurer la flore intestinale : la prise de probiotiques ne suffit pas en première intention, il faut d’abord éliminer la prolifération bactérienne. Une fois que c’est fait, il est intéressant de booster le microbiote intestinal avec des probiotiques. Notre nouveau complément Microbiote & Nombril est composé de 4 souches de probiotiques sélectionnés pour leur efficacité sur le transit, la santé du microbiote et l’équilibre de la muqueuse intestinale. Les bonnes bactéries présentes en grand nombre vont gagner du terrain et vaincre les bactéries pathogènes.
  • Améliorer son hygiène de vie : la pratique d’une activité physique régulière permet d’agir sur la motilité du système gastro-intestinal et de faciliter la vidange de l’estomac. Une bonne gestion du stress (méditation, hypnose, yoga…) est également recommandée. Souvenez-vous que notre intestin est comme notre deuxième cerveau !
  • Assainir le microbiote intestinal : certaines plantes antimicrobiennes et antifongiques peuvent soulager les symptômes du SIBO. C’est le cas des huiles essentielles de menthe poivrée, thym, clou de girofle, carvi, lavande vraie et origan.
    Pour apaiser les gaz et flatulences, des plantes carminatives telles que la mélisse, le basilic et la menthe poivrée sont conseillées.

Quoi manger en cas de SIBO ?

Le régime alimentaire ne traite pas le SIBO mais il permet de soulager certains symptômes comme les douleurs abdominales et la diarrhée. Pour éviter de nourrir les bactéries responsables du SIBO, il est intéressant d’adopter une alimentation peu fermentescible.


En effet, le travail de fermentation doit se faire dans le côlon et non pas au niveau de l’intestin grêle. Les sucres fermentables (ou fermentescibles) sont des glucides très peu digestes que l’intestin grêle a du mal à absorber. Une alimentation pauvre en FODMAP est donc recommandée pour réduire la prolifération des bactéries et champignons dans l’intestin grêle.


Le régime FODMAP (Fermentable Oligo, Di, Monosaccharides And Polyols) créé par la nutritionniste Sue Sheperd vise à favoriser des repas sans glucides “fermentescibles”. Concrètement, il faut réduire les légumes riches en fibres, les féculents et le lactose. À la place, on privilégie :

  • Fruits et légumes faibles en oligosaccharides : carotte, céleri, endive, haricots verts, laitue, tomate, courges, panais, courgettes, navets, banane, fruits rouges, kiwi, orange, pamplemousse, rhubarbe, melon.
  • Produits laitiers : lait sans lactose, lait de riz, lait d’amande, fromage à pâte molle ou cuite.
  • Féculents : sarrasin, riz, avoine, polenta, millet, tapioca, pomme de terre, maïs.
  • Viandes non industrielles et œufs.
  • Et chocolat noir pour le petit plaisir !
    Quand les symptômes du SIBO commencent à s'atténuer, vous pouvez réintroduire très progressivement les FODMAPs dans votre alimentation.


En parallèle, il est important de prendre ses repas dans le calme, d’éviter le stress à table, de manger en plus petite quantité et de mâcher longuement.
Pour aller plus loin : voici encore plus de conseils pour prendre soin de son microbiote intestinal.

Shop

Microbiote & Nombril

Découvrir